commémoration du naufrage du ferry Sewol

18 avril 2015, dans 18 villes à travers le monde

COMMEMORATION DU NAUFRAGE DU FERRY SEWOL

 

Renflouez le Ferry Sewol, Renflouez la vérité.

 

Les Coréens à Paris se rassemblent au 18 avril 18h à Parvis des droits de l’homme à Trocadéro à l’occasion de 1er anniversaire du drame du Ferry Sewol.Il y aura aussi le concert pour commémorerles victimes de Sewol, 10 musiciens coréens et 1 musicien français participent au concert en plein air à Parvis. C’est un rassemblement collectif des expatriers coréens du monde entier, il y aura le même rassemblement dans 18 villes au monde ; Londres, Berlin, Bochum, New York, San Francisco, Washington D.C., San Diego, Chicago, Indianapolis, Vancouver, Philadelphia, Atlanta, Toronto, Portland, Minesota.

 

Pourquoi l’État coréen veut-il fuir la vérité ? C’est la question qui nous a hantés durant une année depuis le naufrage du ferry Sewol. Le capitaine et l’équipage ont quitté le bateau après avoir donné l’ordre aux passagers de « ne pas bouger de leurs cabines ». Parmi les 304 personnes qui ont suivi cet ordre, il n’y a eu aucun rescapé. Les gardes-côtes n’ont rien fait pour secourir les naufragés. Le gouvernement et la presse n’ont pas cessé de mentir depuis le premier jour du drame.

La mer a englouti le navire avec ses 304 passagers, en grande majorité des lycéens en voyage scolaire. Un sentiment d’impuissance totale a submergé le peuple coréen devant les images du drame. Lorsque les familles des victimes ont réclamé une enquête pour élucider les causes du naufrage, le parti au pouvoir et la presse conservatrice les ont accusées de menées subversives. Ils ont même eu recours à la violence physique et à d’abjects dénigrements contre ces familles. Dans toutes ces circonstances, la Présidente de la République Park n’a pas bougé. Le gouvernement refuse de dire où elle était pendant les 7 premières heures de la tragédie du 16 avril 2014. Elle n’a tenu aucune des promesses qu’elle a faites le lendemain aux familles des victimes.

KIM Young Oh, qui a perdu sa fille, a fait une grève de la faim de 46 jours. Des milliers de gens ont pris le relais . 6 millions de citoyens ont signé une pétition réclamant une loi spéciale dite « Sewol ». Cette loi, adoptée en novembre 2014, aurait pu permettre enfin une enquête indépendante sur les causes du naufrage, par la création d’un comité spécial. Mais ce comité n’a aucun droit ni d’enquête policière ni d’accusation, contrairement à la demande des familles. En plus, le projet du décret d’application annoncé en février 2015 vise à limiter cette loi Sewol déjà inopérante.

Un an après la tragédie du Sewol, le navire est encore sous l’eau et les causes du naufrage restent à établir. Les parents des victimes se sont rasé la tête et continuent la lutte. Le gouvernement fuit indéfiniment la vérité. Son incapacité et son immoralité sont les seules choses dont il a fait preuve durant ces 365 jours.

Le naufrage du Sewol est un crime d’État. Dans 18 villes à travers le monde, les citoyens de Corée du sud organisent des rassemblements simultanés le 18 avril afin de se souvenir des 304 morts, de consoler leurs âmes, de dénoncer le pire gouvernement que la République de Corée du sud ait connu, et d’exiger la vérité, qui passe par le renflouage du navire et l’annulation du décret d’application.

 

CHRONOLOGIE D’UN CRIME d’ETAT ET DE LA LUTTE CITOYENNE

 

16/04/ 2014,

07h20  La chaîne télé KBS2 annonce le naufrage du Sewol

08h25  Premier appel au secours, par un élève du lycée Danwon.

09h50  Le capitaine et l’équipage ont quitté le bateau après avoir donné l’ordre aux passagers de

« ne pas bouger de leurs cabines ». Seuls ceux qui auront désobéi échapperont à la mort.

11h00  Les principaux médias annoncent que tous les passagers du ferry ont été sauvés. Cette fausse  information ne sera corrigée que 5 h plus tard.

15h00  La présidente Park est introuvable pendant les 7 premières heures du naufrage.

18/04   Contrairement aux informations transmises par les médias disant que tous les moyens de sauvetage sont  mis en action par les autorités, la journaliste Hong                Ga hye révèle que le déploiement annoncé n’a pas eu  lieu. Au final, aucun naufragé ne fut sauvé par les autorités. La journaliste est accusée de diffamation.                Plus tard, il se révèle qu’elle avait dit juste. Et le 9 janvier 2015, elle est acquittée par la justice.

20/04  Face à cette dramatique incurie des autorités, les familles des victimes tentent de se rendre à la Maison Bleue, siège de la Présidence, pour pouvoir parler à la              Présidente; mais elles sont violemment bloquées par plusieurs centaines de policiers.

23/04  Perquisition de domicile de Yoo Byung-Eun, l’ancien PDG de la Cheonghaejin Marine Company propriétaire du ferry. Les médias s’empressent alors de se                    focaliser sur la recherche de Yoo.

27/04  Le premier ministre JUNG Hong Won démissionne.

19/05  La Présidente annonce la dissolution des Gardes-côtes.

02/06   Première réunion de la commission d’enquête parlementaire sur les causes du naufrage.

26/06  La Présidente après avoir accepté la démission de JUNG Hong Won, le renomme premier ministre.

14/07  Des membres du comité réunissant les familles entament une grève de la faim. Des milliers de citoyens, dont des personnalités, –chanteurs, politiques…–                     prennent le relais dans tous le pays.

15/07  46 lycéens survivants du naufrage marchent d’Ansan, la ville de leur lycée, jusqu’à l’Assemblée Nationale à Séoul.

21/07   L’Institut national de police scientifique de Corée du Sud identifie un sans-abri dont le corps avait été

découvert 40 jours plutô̂t comme étant Yoo Byung-Eun. Une version officielle qui convainc peu de monde.

24/07  Selon l’interview par l’agence de presse Reuters d’un membre de l’équipage du ferry, « nous avons reçu l’ordre d’abandonner le navire ».

26/07  Un ordinateur portable trouvé dans l’épave révèle que le véritable propriétaire peut ê̂tre les Services de renseignement, lesquels opposent un démenti.

29/08  KIM Young Oh arrête sa grève de la faim, qui aura duré 46 jours.

05/11  Après 76 jours, le comité des familles met fin au rassemblement sous les tentes pour solliciter une audience auprès de la Présidente.

07/11   Adoption de la loi spéciale Sewol, mettant en place un comité sans droit d’enquête policière ni d’accusation, contrairement à la demande des familles.

6 millions de citoyens ont signé la pétition appelant au vote d’une loi spéciale Sewol.

11/11     Interruption de la recherche des corps des naufragés. Le tribunal de Gwangju condamne à 36 ans de réclusion le capitaine du Sewol.

27/01/15 Les lycéens survivants témoignent au tribunal du fait que « les gardes-côtes n’ont rien fait pour sauver les naufragés ».

13/02   Annonce du projet de décret d’application visant à limiter la loi spéciale Sewol déjà inopérante.

19/03   Après un an d’ hôpital, tentative de suicide d’un héros du Sewol, KIM Dong Soo, qui a sauvé une vingtaine de lycéens.

03/04   52 parents se sont rasé la tête pour demander au gouvernement d’annuler le projet de décret d’application et de procéder au renflouage du navire.

05/04   L’État demande aux familles une promesse écrite de renoncer à réclamer la vérité en contrepartie d’une indemnisation dont seule une petite partie est                        payée par l’Etat.

11/04   Manifestation réclamant l’annulation du projet de décret d’application et le renflouage du navire. Utilisation de gaz lacrymogènes. Arrestation d’une vingtaine              de parents.

16/04   Premier anniversaire du naufrage du Sewol qui a fait 295 morts et 9 disparus, presque tous lycéens; la Présidente Park part en voyage en Colombie.

 

Les Coréens de Paris qui se souviennent de Sewol

Contact : soori0308@gmail.com

Leave a comment

Your email address will not be published.

*